L'atelier L'Ebéniste spécialisé dans la restauration de marquèterie
50766
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-50766,cabin-core-1.0.1,select-theme-ver-3.1.2,ajax_fade,page_not_loaded,,smooth_scroll,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.1,vc_responsive,elementor-default

Table travailleuse marquetée

restauration marquèterie lyon

Restauration de la marquèterie d’une petite travailleuse Napoléon 3, présentant un motif floral sur le plateau supérieur et la tablette intermédiaire.

 

Interventions réalisées:

Les marquèteries étant très abimées, la principale intervention est de les recoller entièrement sous vide. Cette étape cruciale consiste à chauffer le bois à 80°C à l’aide d’une lampe infra rouge pour détendre les fibres du bois et permettre un dévoilage efficace. On réalise également des greffes de motifs manquants . Puis on comble les fentes et les fissures à l’aide de résines époxy souples qui s’adaptent aux déformations du bois. On découpe les galeries en laiton à la bonne dimensions des plateaux, puis elles sont désoxydées. On réalise ensuite un vernis au tampon sur l’ensemble de la travailleuse.

Focus sur la marquèterie présente sur la travailleuse: 

C’est au xive siècle que les Italiens réutilisent cette technique pour orner le mobilier. La marqueterie atteint son apogée aux xviie et xviiie siècles sous les styles Louis XIVet Louis XV notamment.

La marqueterie élément par élément vise, tout comme la marqueterie par découpe superposée, à créer un motif décoratif par la juxtaposition de différents matériaux (bois d’essences variées, écaille de tortue, métal…). On réalise en premier lieu un dessin détaillant chaque élément à réaliser. Puis on découpe chaque pièce dans une plaque du matériau désiré. On assemble ensuite les pièces afin de créer le motif. La technique diverge ainsi de la marqueterie par découpe superposée par le fait que les motifs sont créés un à un et non de manière conjointe. L’avantage de la technique est qu’elle permet d’obtenir des éléments qui composent le motif extrêmement précis, se juxtaposant parfaitement. L’œuvre d’ébénisterie la plus fameuse utilisant cette technique est sans doute le bureau du Roi (Louis XV), réalisé par les ébénistes Jean-François Oeben et Jean-Henri Riesener entre 1760 et 1769.

Suivez l’actualité de l’atelier sur Facebook !

SLIDEZ POUR VOIR LE RESULTAT !